Récession droit devant : 10 points à retenir!

L’horizon s’assombrit et la récession arrive!

La probabilité d’une récession est dans une phase de hausse graduelle, et impressionnante. Ce qui était indiqué en édito de la précédente lettre « Tendances et Prévisions » (ralentissement de la croissance) éditée par « Les Pros de l’Eco » se confirme. https://www.lesprosdeleco.com/produit/lettre-confidentielle/

Comme le prévoient la majorité des économistes depuis maintenant presque 3 ans, le retournement à enfin été atteint (le 18 janvier 2020 sur le modèle de confiance économique). De la croissance au ralentissement… Le système risque d’être entrainé vers la Récession.

POURQUOI UNE RÉCESSION ?…

  1. Tout économiste doit impérativement regarder à l’immense fiabilité des taux US à 10ans pour prévoir les récessions. Ces taux sont sur de plus bas Historique (0.72% au 6 mars 2020). Cela traduit une récession qui arrive généralement sur les 1 an à venir. Des taux à 10ans au plus bas qui vont probablement remonter brutalement avec l’arrivée de la Récession.
  2. Bilan de la FED : +488 milliards de dollars depuis mi-septembre.
  3. Une crise du marché interbancaire se dessine. C’est pour cette cause que le bilan des banques centrales explose à nouveau. Les institutions financières font face à une hausse importante du risque, et prêtent avec réticence. Les banques font donc face à une hausse du risque de crise de liquidités. Les Banques centrales interviennent alors (QE, baisse des taux…).
  4.  Les actifs privés commencent à corriger à long terme. La tendance s’est là aussi retournée. Il semble que nous retrouvons une configuration similaire à celle de 2007-2008. Les indicateurs boursiers montrent le début d’une longue correction des actifs privés, qui pourrait s’intensifier en fin d’année. Le risque est pertinemment celui de l’éclatement de la bulle des actifs privés (les actions sont clairement survalorisées). La baisse des actifs privés provoque une hausse du risque de crise de liquidités, et donc du marché interbancaire.
  5. La fin de la plus longue phase de croissance économique et financière. L’économie a connu un plus haut dans le profit des entreprises en 2019, expliquant le magnifique détournement vers les actifs privés. Ces profits vont probablement continuer leur régression sur les années à venir.
  6. La productivité industrielle en stagnation. Là aussi, c’est un important indicateur pour les récessions. La productivité industrielle au États-Unis est en stagnation depuis maintenant 2018. La croissance ne peut évidement pas aller plus loin, ce qui traduit une hausse pertinente du risque de récession.
  7. Un VIX (indicateur de la peur) en hausse de +142% depuis janvier 2020. Actuellement à 35, il marque souvent l’apparition de crises d’ampleur économique (surtout au dessus du niveau des 40).
  8. Un taux de chômage au plus bas depuis 60 ans aux États-Unis. La courbe est actuellement en train de se stabiliser, et probablement de se retourner.
  9. Rendements et monnaie. La baisse graduelle des taux a fait chuter les rendements publics mais a aussi permis l’émergence de ces entreprises « zombies » qui ont participé à réduire les rendements privés et défavorisé l’investissement. Les taux suivent ainsi le taux de change. C’est pour cela que l’euro est en nette baisse entre 2008 et 2019. Cette baisse d’attractivité rend presque impossible un rebond économique et a fait émerger un manque profond d’investissement qui fait aujourd’hui son apparition (participant au maintien du chômage en Europe…). Le cycle des rendements se retourne à nouveau.
  10. Dégradation de confiance court et long terme. Faisant actuellement son apparition entre les institutions financières, la dégradation de confiance risque de se répercuter à l’ensemble des agents. En effet, le système voit ses capacités de résistance fondre face à un trou de liquidités. Crise de liquidités dont le risque augmente avec la correction qui s’enracine. Une trappe à liquidités serait de plus en plus difficile à absorber pour le système, ce qui a un impact direct sur la confiance.

JUSQU’À QUEL NIVEAU ?

Il y a un risque pertinent à 18 mois. Une récession fait drastiquement augmenter le poids des dettes au sens large. On notera également le fait que de nombreux pays dépendent des dépenses publiques (les revenus des français dépendent à hauteur de 52% des dépenses publiques). Autrement dit, un ralentissement impacte les dépenses qui impacte la croissance et ainsi de suite… En clair, notre Capitalisme d’État amplifie largement le ralentissement.

Nous nous engageons actuellement dans une correction des actifs privés qui a de fortes chances d’augmenter en intensité jusqu’en 2021. Le risque est qu’une récession se déclenche en 2021. Et comme à chaque fois, cette récession provoque une hausse du risque de crise des dettes publiques. Mais cette fois-ci, les budgets publics sont complètement dépendants du crédit, et même en croissance, ils sont en difficulté (supérieurs à 3% du PIB, près de 1/3 des dépenses publiques pour l’amortissement de la dette…). Cette fois-ci le risque semble également être au cœur de la Mégalopole européenne en corrélation à l’évolution politique.

Il y a donc un risque évident de contagion de correction des actifs privés vers une correction des actifs publics. Comme je l’ai développé dans mon livre « 2021, prémices de l’effondrement ». Le scénario développé se confirme, et devient de plus en plus menaçant. Le risque de crise des dettes publiques pourrait, selon les modèles cycliques exposés dans le livre, atteindre de nouveaux sommets entre l’été 2021 et le printemps 2022. Les marchés actions semblent quant à eux, selon ces mêmes modèles, montrer un point bas fin 2021, début 2022. Jour après jour, le scénario se confirme et devient une réalité.

Mon livre est en vente chez tous les libraires, et sur le site de son éditeur JDH EDITIONS :

https://jdheditions.fr/produit/2021-premices-de-leffondrement/

THOMAS ANDRIEU, auteur de « 2021, Prémices de l’effondrement » chez JDH éditions. Auteur-Rédacteur des « Pros de l’Eco ».

Notre partenaire Francebourse vous permet de suivre la bourse et avoir des recommandations boursières :

https://www.francebourse.com

Copyright Les Pros de l’Eco

Ne passez pas à coté de nos prochaines actualités économiques, inscrivez-vous à notre newsletter

Soyez le premier à commenter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *