Rebond des bourses mondiales malgré le contexte. Décryptage de JD Haddad

A la une de Francebourse.com, Jean-David Haddad tente de décrypter ce curieux mouvement de hausse des bourses mondiales dans un contexte à la fois d’incertitude sur l’issue de la présidentielle américaine, et de forte reprise des restrictions mondiales en réponse à la résurgence du COVID-19 :

« Encore un fort rebond des marchés aujourd’hui… Je dois dire que je suis surpris! Car la configuration concernant l’élection américaine, est celle que l’on pouvait redouter.
Cela dit, si on analyse bien, les marchés, en fait, vont au fond des dossiers, et le fond du dossier montre qu’en fait Biden est élu, que Trump a très peu, mais vraiment très peu de chances que ses plaintes aboutissent; Donc, là où il y a une incertitude de surface, les marchés repèrent bien qu’il n’y a pas d’incertitude en profondeur.
Cela confirme le fait que les marchés restent efficients.
En fait, lorsqu’il y une réaction épidermique des marchés, elle est provisoire et ne s’installe pas dans la durée. Les banques centrales y sont pour quelque chose, évidemment : elles agissent en tant qu’anti-dépresseur des marchés financiers.
Donc on a des marchés, qui, lorsqu’ils baissent, remontent très vite! C’est le cas aussi par rapport à la crise sanitaire.
Par contre, pour la crise économique, on peut s’étonner de ce maintien des marchés à de bons niveaux, alors qu’une effrayante crise économique guette. C’est vraiment étonnant : en 2008, une « crise modérée » a fait complètement perdre la tête aux marchés… Je suis désolé de dire encore « crise modérée », je l’ai toujours dit, j’ai été très critiqué pour cela mais 12 ans après je le redis, c’était une vraie crise, mais une crise « modérée » dans l’histoire des crises mondiales… La crise qui commence risque de ne pas être une crise modérée, les premiers signaux sont assez mauvaise. Mais, contrairement à 2008, toute l’économie ne sera pas concernée, car c’est une crise en K (les économistes parlent déjà de reprise en K alors que nous allons nous enfoncer dans une crise en K, qui en fait va renforcer des inégalités sectorielles, comme je l’explique dans mon dernier livre « face au monde d’après »).
En 2008, nous avions une crise modérée qui touchait toute l’économie, cette fois nous aurons une crise mettant à plat certains secteurs et en valorisant d’autres, et c’est ce que les marchés apprécient.
Cependant s’il devait y avoir une vraie paupérisation de la population, même les Amazon et autres chuteraient… Mais nous n’en sommes pas là et j’espère que nous n’y serons jamais!

Pour en revenir à l’élection américaine, donc, je le dirais pas que les marchés préfèrent Biden à Trump ou Trump à Biden, mais les marchés veulent un président, tout simplement. Trump leur a plu pendant 4 ans, Biden ne leur déplait pas.
Donc ça monte. »

Les Pros de l’Eco

Avec Francebourse.com

Ne passez pas à coté de nos prochaines actualités économiques, inscrivez-vous à notre newsletter

Soyez le premier à commenter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *