Qu’est-ce qu’une pyramide de Ponzi?

Le terme « pyramide de Ponzi », pas forcément connu de tous, n’évoque pas forcément dans les représentations mentales, un système stable ni honnête… En fait, ce concept a longtemps été oublié des économistes, et il a fait sa réapparition en 2008 avec l’escroquerie organisée par Madoff selon un modèle de Ponzi.

La pyramide de Ponzi est très simple à comprendre.

C’est un système qui consiste à faire placer de l’argent à des investisseurs en leur promettant un taux d’intérêt non risqué. Mais l’argent amené par les nouveaux investisseurs sert en fait à payer les investisseurs précédents, dont les fonds a servi à rémunérer ceux d’avant, et ainsi de suite. Si l’escroquerie n’est pas découverte, le système de Ponzi s’effondre quand les investissements des nouveaux investisseurs ne suffisent plus à recouvrir la rémunération des investisseurs précédents, autrement dit par une saturation du marché sur ce type de produit, soit un manque d’investisseurs qui provoque l’éclatement.

Dans son livre « 2021, prémices de l’effondrement« , Thomas Andrieu relate l’histoire du système :

« Le schéma de Ponzi fut créé par Charles Ponzi (1882-1949), un escroc italien. En 1903, 2,50$ en poche, Ponzi arrive aux U.S avec le S.S Vancouver. Très vite, il s’engage dans le mensonge pour se faire embaucher dans une banque de dépôt pour les immigrants arrivants.  Après un peu de prison, c’est en 1919 que Ponzi commence son schéma à grande échelle. Il promettait en effet un taux de 50 % en 90 jours sur des International postal reply coupons (ou coupon-réponse international crée au Congrès de Rome, en 1906 pour faciliter les échanges). En effet, suite aux conséquences de la Première Guerre mondiale, les coûts postaux augmentaient, rendant les administrations postales déficitaires. La stratégie de Charles Ponzi était toute pensée pour convaincre les investisseurs : acheter des coupons-réponses internationaux dans un pays pour les échanger contre des timbres d’une valeur supérieure dans un autre pays, réalisant ainsi une marge bénéficiaire. Mais toute cette stratégie était sur le papier : les investisseurs étaient trompés. Dans les faits, le système de Charles Ponzi a progressé de manière fulgurante et reposant sur le fait que de nouveaux investisseurs pourraient payer le taux des investisseurs précédents. C’est en août 1920 que la bulle créée par Ponzi éclate : 40 000 personnes avaient investi 15 millions de dollars et dont seulement 1/3 de la somme fut restituée. Après une dizaine d’années de prison, Ponzi retourne au pays natal : il y organise des systèmes à plus petite échelle, et Benito Mussolini lui offre un poste à la section financière du gouvernement. « 

Si l’auteur de l’ouvrage mentionne ce système, c’est car il évoque et développe longuement l’existence d’une forme de pyramide de Ponzi concernant les dettes souveraines : « lorsque l’État rembourse sa dette, la part du montant destiné au remboursement est constituée d’autres prêts (d’où le système de Ponzi) mais aussi d’argent public (d’où la subtilité).« 

Le système des dettes souveraines serait donc en partie une pyramide de Ponzi…

Jean-David Haddad

Auteur de « l’économie, rien de plus simple! »

           

Ne passez pas à coté de nos prochaines actualités économiques, inscrivez-vous à notre newsletter

Soyez le premier à commenter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *