Perspectives de moyen et long terme : interview de Valentin Aufrand, fondateur de Eros-trading.

Valentin Aufrand est le fondateur de eros-trading.com qui offre une analyse quantitative du marché via les indicateurs macroéconomiques et techniques. Valentin Aufrand nous communique son analyse exclusive de moyen et long terme :

Thomas.A : Avant de revenir sur vos perspectives de moyen et long terme sur le marché, pouvez vous nous présenter votre parcours et ce qui vous a décidé à fonder Eros-trading ?

Valentin.A : Mon aventure dans la Finance a commencé en 2014 lorsque j’ai vu une publicité en ligne sur les options binaires. Je ne me souviens plus exactement de la publicité, mais je me souviens qu’elle m’avait intrigué ce qui m’avait poussé à me renseigner au sujet du trading. Quelques semaines plus tard, j’avais commencé à trader sur un compte de démonstration puis un compte réel et à poster régulièrement mes analyses sur un forum afin de recevoir l’opinion de personnes plus expérimentées.

Deux ans plus tard, il s’est avéré que mes analyses ont plu à un analyste qui travaillait chez le courtier qui possédait ce forum (FXCM). Ils étaient à ce moment-là à la recherche d’un stagiaire dans leurs bureaux à Paris et m’avaient contacté pour savoir si j’étais intéressé. Evidemment, je l’étais ! C’était pour moi une énorme opportunité pour apprendre directement auprès de professionnels. J’ai donc passé plusieurs entretiens pour finalement rejoindre l’équipe d’analystes en tant que stagiaire.

Quelques mois plus tard, j’ai rejoint un autre courtier (IG) à Londres en tant qu’analyste des marchés pour le site DailyFX qu’ils avaient racheté quelques mois plus tôt à FXCM. N’ayant pas de formation dans la finance, j’avais décidé de passer la certification internationale d’analyse technique (CFTe) afin de certifier au moins une partie de mes connaissances. Pendant ces deux années, j’ai notamment eu la chance de devenir responsable du site français et de rencontrer des brillantes personnes dans la Finance.

Après ces deux années dans la City de Londres, j’ai décidé de me lancer à mon compte, car j’avais des projets en tête que je ne pouvais pas réaliser lorsque je travaillais pour DailyFX. Je voulais également prendre du recul sur ma situation étant donné que tout était allé très vite depuis le début de mon stage.

Depuis mi-2019, je travaille donc à mon compte en tant qu’analyste de marché indépendant pour plusieurs sociétés. J’ai également monté mon blog Eros-Trading dans lequel je poste régulièrement des articles exclusifs basés essentiellement sur des analyses quantitatives que je réalise. En parallèle, j’utilise une partie non-négligeable de mon temps à lire des papiers de recherche, des livres et des blogs sur l’économie et les marchés financiers afin d’apprendre, développer mes compétences et mieux comprendre leurs relations.

 

Thomas.A : Avec le contexte actuel de crise, quels indicateurs macroéconomiques sont à surveiller de près ?

Valentin.A : L’indicateur macroéconomique le plus important est selon moi le nombre total de bénéficiaires d’allocations chômage aux Etats-Unis. Cette série représente d’une certaine façon le nombre total de chômeurs américains. Elle est actualisée tous les jeudis et est stable à environ 20 millions depuis début juin soit nettement au-dessus de toutes les autres crises économiques.

A titre de comparaison, le pic de chômeurs était de 6,635 millions en 2009. Il y a donc 3 fois plus de chômeurs aux Etats-Unis aujourd’hui qu’il y en avait au pire de la crise économique et financière de 2008. Le nombre de bénéficiaires aux allocations chômage devra nettement diminuer pour confirmer la reprise économique. La vitesse de la baisse déterminera en partie la vitesse de la reprise économique.

Outre cette série, il sera également important de garder un œil sur les ventes au détail, les chiffres liés à l’activité économique du secteur privé (PMI, production industrielle, indices manufacturiers de la Fed) et ceux liés au marché du logement (mises en chantier et ventes de logements neufs).

 

Thomas.A : Quel est votre scénario à moyen et long terme en bourse ? Devons-nous nous inquiéter d’une survalorisation des actions ?

Valentin.A : Je suis optimiste sur le marché actions pour le moyen et long terme, car le marché boursier est aujourd’hui le seul à générer des rendements (avec l’immobilier). Les obligations ne rapportent plus rien, les investisseurs n’ont donc pas d’autres choix que d’acheter des actions ou de l’immobilier pour espérer générer du rendement.

Toutefois, je ne crois pas que nous connaîtrons le même rallye haussier de 2009-2019 au cours des 10 prochaines années, car la valorisation aujourd’hui n’a rien à voir avec 2009. Peu importe l’indicateur de valorisation que vous choisissez, il y a de très fortes chances que celui-ci indique que le marché est « surévalué ».

Je m’attends donc à une tendance haussière du marché actions, mais sans doute moins verticale et avec plus de volatilité que lors de la dernière décennie.

 

Thomas.A : Quelles sont vos perspectives économiques à moyen et long terme ? Pouvons-nous expérimenter un nouveau risque de crise ou de ralentissement ?

Valentin.A : Les récessions sont cycliques. Elles existent depuis toujours et continueront d’exister. Toutefois, les crises économiques sont de moins en moins fréquentes et de mieux en mieux gérées. Les banquiers centraux ont désormais une centaine d’années d’expérience dans la gestion de la politique monétaire. Ils savent de mieux en mieux réagir en période de crise comme nous venons de l’observer.

En 2008, c’est en laissant couler Lehman Brothers que le pire de la crise a eu lieu. Cette fois-ci, la Fed, la BCE et les autres banques centrales ont été extrêmement réactives. Elles ont inondé le marché de liquidités pour garantir le bon fonctionnement du système financier et éviter une nouvelle faillite de grande ampleur. C’est une leçon apprise de 2008.

Concernant mes perspectives économiques, je ne m’attends pas à une reprise en V de l’économie tant qu’un vaccin n’est pas trouvé. La reprise économique dépendra exclusivement de la pandémie, car même sans confinement, les mesures de distanciation sociale limitent la consommation et la production. Si une seconde vague du coronavirus frappe plus fort et entraine un nouveau confinement, nous connaîtrons vraisemblablement une nouvelle récession.

 

Thomas.A : Un grand merci pour cette interview !

Pour suivre Valentin :

Eros-trading / Twitter / LinkedIn

 

Interview de Valentin Aufrand réalisée par Thomas Andrieu.

www.lesprosdeleco.com

Ne passez pas à coté de nos prochaines actualités économiques, inscrivez-vous à notre newsletter

Soyez le premier à commenter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *