La BCE se prépare-t-elle à la faillite de certains États ?

Dans sa revue semestrielle de stabilité financière de mai, la BCE met en avant le risque de difficultés budgétaires pour certains États. La BCE met en avant un risque lié à l’endettement des entreprises, une faible rentabilité des banques ou encore une correction des prix de l’immobilier. Par ailleurs, la BCE insiste sur le risque de se retrouver face à une insuffisance des politiques publiques :

« Si des mesures au niveau national ou européen devaient se révéler insuffisantes pour préserver la soutenabilité de la dette, l’évaluation par le marché du risque de redénomination pourrait encore augmenter […] ».

Autrement dit, le premier risque en prendre en compte serait la dégradation des dettes des entreprises suivi de celles de États. Dans sa revue, la BCE insiste également sur une augmentation de l’endettement public en zone euro pouvant aller jusqu’à 22 points de pourcentage et une récession pouvant aller jusqu’à 12% en zone euro pour 2020.

Bien évidemment, la BCE ne parle pas directement du risque de faillite des États dans sa revue, mais l’hypothèse n’est pas écartée. La dégradation des dettes en 2020/2021 est presque inévitable, ce qui a de fortes chances de faire monter les taux en faisant passer de nombreuses dettes en catégories spéculatives. Si tel est le cas pour certains États européens, une hausse des taux rendrait presque impossible un nouvel emprunt massif et précipiterait une crise sans précédent de la zone euro.

Dans mon livre « 2021, Prémices de l’effondrement« , j’ai insisté sur le fait que le plus grand risque systémique n’est pas privé, mais public et que ce risque, qui ne sera pas sans conséquences, à de fortes chances de se manifester en 2021. Il est évident que toutes les dettes ne pourront pas être rachetées par la BCE ou alors une utilisation abusive de la théorie moderne monétaire (déficit financé par la création monétaire) ne pourra mener qu’à une aggravation du problème à terme.

Il suffit de regarder l’Histoire, notre histoire.

Par Thomas Andrieu.

Auteur de « 2021, Prémices de l’effondrement« 

Ne passez pas à coté de nos prochaines actualités économiques, inscrivez-vous à notre newsletter

Soyez le premier à commenter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *