Crise : explosion sans précédent de la base monétaire !…

Depuis l’incident des taux sur le marché interbancaire de septembre 2019, c’est l’explosion de la base monétaire totale américaine, celle-ci ayant augmenté de plus de 55% !

Comment expliquer cette hausse ?

Cette tendance se poursuit dans le monde entier. La Banque centrale du Japon a par exemple opté pour un Quantitative Easing (QE) illimité alors que les autres grandes banques centrales du monde pratiquent ces mêmes politiques massives pour soutenir les marchés financiers (et théoriquement l’économie) à n’importe quel prix.

Les politiques d’augmentation de la base monétaire actuelles sont HISTORIQUES !… Jamais l’Humanité n’avait imprimé tant de devises simultanément et dans des proportions aussi délirantes. Le but est d’augmenter les quantités de devises pour palier à la baisse d’utilisation de chaque devise en temps de crise.

Quelles conséquences ?

S’expose à nous un problème de taille : la base monétaire est plus difficile à détruire qu’à créer. Autrement dit, si l’utilisation de ces devises repart à la hausse pour cause de chute de confiance envers les gouvernements, alors les prix explosent. Au-delà de ces politiques massives, se pose la question de la neutralité du QE (rachat d’obligations par la banque centrale aux banques commerciales). En effet, de plus en plus d’États pensent résoudre le problème de la dette par un défaut sur les obligations détenues par les Banques centrales. Obligations qui ne valent donc rien à terme mais qui sont achetées à prix de marché.

Bref, nous appliquons cette méthode millénaire de dévaluer la devise pour palier au problème des dettes… Rembourser des dettes avec une monnaie plus abondante (et donc moins chère), est forcément plus facile. Mais l’Histoire nous montre que ces politiques, quelques mois, années, décennies voire siècles plus tard, se sont toujours terminées par une crise (monétaire, d’hyperinflation…) qui précipite le territoire en question dans l’oubli.

Nous appliquons les mêmes politiques, nous appliquerons les mêmes conséquences. Comme j’en ai parlé dans mon livre « 2021, Prémices de l’effondrement« , les politiques éternelles n’existent pas et éviter le défaut se fait toujours au prix de la ruine de ceux qui subissent une perte de pouvoir d’achat des devises qu’ils détiennent. Ce ne sera qu’une question de temps…

Par Thomas Andrieu.

Ne passez pas à coté de nos prochaines actualités économiques, inscrivez-vous à notre newsletter

Soyez le premier à commenter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *