Après la crise : les économistes parlent de reprise en K

Lorsqu’une crise économique commence, et la crise actuelle est là depuis six mois, au bout de quelque temps, on parle forcément de reprise.
Alors, les économistes ont inventé des lettres pour signifier cette reprise.
Il y a la reprise en L qui en fait est une absence de reprise : après la chute, on stagne pendant un certain temps. C’est ce qui s’est passé en Europe après la crise de 2011 et cela pendant au moins 3 ans.
Il y a la reprise en V : on rebondit aussi vite que l’économie a chuté. C’était le cas en 2003 et années suivantes.
Il y a la reprise en W : on rebondit, on rechute et on rebondit. Phénomène classique, qui fut observé sur la précédente crise. Enorme chute en 2008, rebond en 2009/2010 puis rechute en 2011. Et enfin rebond aux USA, lent rebond en Europe (qui a en quelque sorte conjugué le W et le L).

Quelle sera la lettre de l’alphabet la plus adaptée à la reprise consécutive à la crise actuelle ?
Eh bien les économistes viennent d’inventer la reprise en K !
Il s’agit en fait d’une reprise différentielle selon les secteurs de l’économie.
Dans notre cas, forte reprise sur tout ce qui concerne internet et le numérique, et chute sur de nombreux autres secteurs, pas prêts de se relever, comme le tourisme.

Mais si cette reprise devait être en K, n’est-ce pas car la crise est déjà en K? Au bout de 6 mois, ne voit-on pas les géants du net prospérer comme jamais et les petits commerces, ainsi que les entreprises du secteur du tourisme s’effondrer comme jamais?

Jean-David Haddad

Auteur de « Face au monde d’après« .

Ne passez pas à coté de nos prochaines actualités économiques, inscrivez-vous à notre newsletter

Soyez le premier à commenter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *